L'hystéroscopie

 

Réalisée en ambulatoire, avec un hystéroscope souple et du sérum physiologique comme milieu de distension, dont la tolérance est meilleure que celle du gaz carbonique.
Elle permet, devant la découverte d’une malformation génitale de préciser les caractéristiques d’une cloison utérine (et d’en réaliser secondairement le traitement), de distinguer un utérus unicorne d’un utérus pseudo unicorne (aidée par la cœlioscopie).
De même, les synéchies sont mieux étudiées par l’hystéroscopie. En effet, il est estimé que 54% des synéchies découvertes à l’hystérographie n’existent pas à l’hystéroscopie et un tiers jugées sévères en hystérographie, sont modérées ou minimes en hystéroscopie.
L’hystéroscopie permet également de détecter les myomes ou les polypes de petite taille passés inaperçus à l’examen radiologique ou échographique. Cependant, lorsqu’il s’agit de lésions de petite taille, il n’a pas encore été démontré que leur résection améliorait l’implantation embryonnaire.
Elle permet également l’analyse des structures glandulaires, met en évidence les hypertrophies endométriales, l’adénomyose ou les atrophies endométriales qui sont des facteurs de mauvais pronostic pour l’implantation embryonnaire.
La plupart des auteurs s’accordent pour dire que l’évaluation de la cavité utérine est meilleure par l’hystéroscopie que par l’hystérographie. Le taux de faux-positifs de l’hystérographie est compris entre 30 et 39.4%, le taux de faux négatifs entre 36.8% et 60%.
De plus, il semble dans la littérature que la discordance entre l’HSG et l’HSC augmente en fonction du temps. Cette discordance est évaluée selon les auteurs entre 25 et 47%
Les lésions rencontrées qui expliquent ces différences sont des polypes endométriaux, fibreux, des synéchies et des malformations.
Cependant, les anomalies les plus fréquemment ignorées par l’hystérographie restent les anomalies cervico-isthmiques. Le type de canule utilisé, la longueur introduite dans le col et l’hyperpression qui modifient son état naturel sont responsables de cet état de fait.


Document sans titre