Faire face à l'infertilité

 

 

 

Chacune des phases pose des problèmes physiques et psychologiques spécifiques, mais des conseils généraux peuvent aider à faire face à tous les stades et à soulager le fardeau psychologique.

Les partenaires:

• doivent traverser ces moments difficiles ensemble - c'est le couple qui est traité et non un individu. Les deux partenaires devraient, si possible, être présents à chaque visite chez le médecin;

• devraient communiquer régulièrement entre eux et être conscients que des sentiments de colère, de frustration et d'anxiété sont normaux. Savoir les partager peut aider à les surmonter;

• devraient lire le plus possible sur l'infertilité et en parler avec des personnes ayant connu des problèmes similaires;

• devraient accepter de traverser des périodes de dépression et d'anxiété;

• devraient rechercher un soutien psychologique auprès d'amis, de membres de leur famille, ou d'un groupe de soutien aux couples infertiles;

devraient arrêter le traitement avant que leur découragement et leur sentiment d'impuissance ne deviennent incontrôlables

Résumé

Crise L'infertilité est une crise très profonde dont les aspects psychologiques sont souvent ignorés et non traités.

Un chemin difficile

Le chemin à parcourir de la prise de conscience et de la reconnaissance du problème d'infertilité jusqu'à sa résolution est une spirale émotionnelle qui passe par quatre phases principales.

Phase I :

Prise de conscience et reconnaissance de l'existence d'un problème.

C'est la phase durant laquelle prédominent des sentiments de colère, de dénégation, de culpabilité, de rancune, d'apitoiement sur soi-même et de jalousie.

Phase II :

Evaluation et diagnostic du problème.

Au cours de cette phase, les couples cherchent des réponses. Les examens qu'ils subissent pour déterminer la cause de l'infertilité peuvent être exténuants, générateurs d'anxiété et consommateurs de temps. Une fois le problème identifié, les couples peuvent ressentir de la culpabilité, de la rancune, de la colère, de la honte et de la gêne.

Phase III :

Début du traitement.

A ce stade, la fertilité et le désir de procréer dominent la vie du couple. Le stress est à son maximum et le couple ressent souvent de l'angoisse, de la frustration. Cette phase est jalonnée de moments de grand espoir au début du traitement, suivis de périodes dépressives s'il échoue.

Phase IV :

Résolution du problème d'infertilité.

Chez les couples pour qui le traitement n'a pas réussi, la décision d'arrêter le traitement peut s'accompagner de chagrin, de sentiment de vide, de désespoir et de tristesse, mais également de soulagement. C'est le moment de redéfinir des priorités et de changer d'objectifs. Les couples peuvent décider de faire une pause dans le traitement, d'adopter ou de vivre sans enfant.

En commun

Au cours de chacune de ces phases, il est primordial que les deux partenaires agissent ensemble et communiquent sans cesse entre eux.

Vivre avec

Les couples ont également besoin
(a)-d'acquérir un maximum de connaissance sur l'infertilité,
(b)-de laisser s'exprimer leur anxiété,
(c)-de partager leur désarroi avec autrui (amis, membres de la famille, groupe de soutien, conseillers) autant qu'ils le jugent nécessaire.

 

Retour